Un Dujardin, c’est comme un potager en friche, ya du boulot avant que ça donne… Ca peut prendre des années selon que le jardinier sera doué ou pas… Mais on peut finalement y trouver des pépites qui se multiplieront à la récolte suivante. C’est un peu ce qui est en train de se passer avec ce gars au sourire insolent. D’ailleurs le jury de Cannes ne s’y est pas trompé. Un prix comme un encouragement, un bon point que l’on distribue à un élève consciencieux qui tire la langue quand il bosse et qui y met tellement du sien qu’on ne peut que lui donner un coup de pouce même si ses facéties agacent… J’ai mis du temps à ne pas le regarder de travers ce garçon.  Je fuis les séries TV comme la peste, j’ai passé l’âge du comique de répétition et avec la meilleure volonté, je n’ai pas aimé ses aventures dans la peau de l’espion vintage (et pitié ne sortez pas les petits mouchoirs, je suis allergique aux navets à Canet…)
J’ai raté le bruit des glaçons (il va me falloir un visionnage en règle dans les jours qui viennent) mais j’ai succombé au Balcon sur la mer. Il faut dire que là, le jardinier est une jardinière et que Nicole Garcia n’a pas son pareil pour filmer les garçons et faire tomber les masques. Voilà  pourquoi, au fil de l’eau, je me suis retrouvée mardi dans une salle bondée pour visionner The Artist… Quel bonheur un film muet ! Quel calme dans la salle, c’était amusant.  Une mise en scène super léchée, un copié collé des vieux films hollywoodiens et le Jack Russel qui va bien. Mais Dujardin dans tout ça ? Fidèle à lui-même forcément, puisqu’il peut jouer du sourcil et de l’incisive en avant, rien ne l’empêche de forcer le trait.  Le jardinier s’est amusé à planter du petit pois gourmand, joli et envahissant….  Mais l’habit lui va si bien,  il est si attendrissant quand il tombe amoureux, il est si têtu, si balourd, que je me suis régalée à le regarder évoluer dans ce décor de carton pâte. Et il a fini de m’emballer avec la scène des claquettes, hyper en place avec sa partenaire, très belle  performance ! Bref, un rôle taillé à sa mesure et dont il a tiré le maximum. Mais il ne s’agirait pas de se laisser envahir par le trèfle, même si apparemment il lui porte bonheur en ce moment…

19826203The Artist de Michel Hazanavicius