Quelle drôle de film que ce Drive qui se murmure sur toutes les lèvres. Enfin une salle de cinéma remplie d'autant de garçons que de filles, faut dire qu'avec un titre pareil j'ai bien failli le rater. Je ne remercierai jamais assez le jury de Cannes de lui avoir décerné un prix... J'ai adoré la scène d'ouverture, la musique est bonne, ça commence plutôt bien. Je m'aperçois assez vite que ce n'est pas ce soir que je vais enrichir mon vocabulaire anglo/saxon. Taiseux le garçon... Pas grave, tout est dans les prises de vues, le montage et le blouson du héros. A la première giclée d'hémoglobine, je reconnais le trash tarantinesque, je ronronne dans mon fauteuil. Mon voisin de droite se cache derrière ses mains et murmure des "mon dieu" et autres incantations pour conjurer le mauvais sort que l'écran lui jette à la figure. Il partira bien avant la fin du générique, dans le noir, fuyant sa voisine (ma pomme), un monstre qui n'a même pas sursauté une seule fois dans son fauteuil... Joli objet cinématographique qui n'a pas volé son prix de la meilleure mise en scène. Plaisir de retrouver des acteurs vus à droite et à gauche dans des séries ou des blockbusters. Envie d'aller fouiller du côté de Clooney qui partage une affiche (les marches du pouvoir) avec le blond ténébreux qui porte un scorpion dans son dos...

1315598198_drive_ost_2011Drive de Nicolas Winding Refn avec Ryan Gosling et plein d'autres....