Il y avait bien longtemps que je ne m'étais pas arrêtée à Toulouse. Dimanche fut l'occasion rêvée de retourner dans la ville rose et d'en visiter autre chose que le centre ville que je connaissais déjà. La première étape fut la visite des Abattoirs, magnifique réhabilitation, riche collection. Quel plaisir de revoir une oeuvre d'Ousmane Sow dont nous avions cherché en vain les sculptures à Dakar. Le Mao de Yan Pei-Ming et le rideau de scène du 14 juillet de Picasso, immense toile, restent des moments forts.

juin_039

juin_022

juin_040

Mais le but de notre passage à Toulouse était le concert annoncé de Prince of Assyria dans le cadre du festival Rio Loco dont le programme avait du être remanié au dernier moment pour cause d'annulation de l'année du Mexique. Riche idée d'avoir invité Ninos Dankha, ce jeune musicien, compositeur interprète irakien, élevé en Suède. Je l'avais découvert cet hiver grâce à Télérama et je désespérais de le voir sur scène. Ce fut un moment magique, dans le soleil déclinant d'une fin d'après-midi sacrément ensoleillée, en bord de Garonne. Guitare, violoncelle, clavier et une voix qui ensorcelle. Je suis définitivement mordue !

juin_052
juin_048un thé vert sous la tente, alanguie sur les tapis, en attendant d'écouter mon chanteur préféré...