J'ai inauguré mes vacances par un tour de grande roue. La place des Quinconces, la plus grande d'Europe, abrite la foire aux plaisirs deux fois par an. A part un détour par la baraque des célèbres vendeurs de nougats Mignon, je n'y avais pas mis les pieds, et encore moins dans un manège, depuis des  lustres. Mon dernier tour de grande roue doit dater d'il y a 30 ans.... A l'époque, il existait une patinoire non loin de la place et la grande soeur d'une copine nous y amenait le samedi après-midi. Une fois, avant de rentrer, nous avions fait un détour par la foire pour voir la ville depuis le ciel... Je me souviens de la nuit, du vide et du froid parce que nos pantalons étaient mouillés des chutes en patins dans la glace fondue. Samedi soir, alors que la nuit n'était pas encore tombée tout à fait et qu'une douceur annonciatrice de la pluie, couplée à l'effet revigorant d'une coupe de vin argentin me faisait pousser des ailes, j'ai photographié la liberté brisant ses chaînes. Quelques années plus tôt, installés plus bas sur la pelouse avec les enfants, nous avions assisté à la tentative de remise en place du monument restauré par grand vent. Onze mètres de bronze au bout d'une grue gigantesque balloté comme une vulgaire poutre au dessus de nos têtes dévissées par la hauteur de l'évènement. Je  n'avais pas l'apn ce jour là..

DSC09967


DSC09962

J'ai enfin terminé la lecture de Blonde de JC Oates... Une lecture qui me hante encore. Et en relisant mes lignes sur la liberté brisant ses chaînes, je me dis que c'est seulement dans la nuit du 3 août 1962 que Marilyn a brisé les siennes...

DSC09991